Annabelle – le train de 23h

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Annabelle – le train de 23hPour me rendre et revenir de mon travail, j’utilise les transports en commun, le train en l’occurrence, je le prends le matin à 7h30 et je rentre le soir par celui de 17h30, évidemment quand on a des horaires réguliers, on rencontre toujours les mêmes personnes, on discute, on entend des conversations.J’en ai justement entendu une concernant le dernier train qui part à 23h au sujet d’une fille qui aurait été « groped » dans ce train. Intriguée et ne connaissant pas ce mot, j’ai regardé sur le net où j’ai trouvé cette définition : Peloter, tripoter, caresser érotiquement.Toujours curieuse de voir ce qui se passait, je décidais un jour d’été de rentrer par le dernier train. Il y a du monde dans le wagon dans lequel je monte, toutes les places assises sont prises, uniquement des hommes ; je reste debout, me tenant à une barre verticale en espérant sans illusions que l’un d’eux me cède sa place ; de toutes façons le trajet est court, une petite demi-heure. Je suis vraiment en tenue d’été, je porte une robe avec ceinture, ans bretelles, évasée vers le bas, le haut étant resserré par un élastique ; pas de soutien-gorge, ce n’est pas possible avec ce type de robe.Juste avant que les portes se ferment, cinq jeunes entrent en courant et m’entourent.-Alors mémé on cherche l’aventure ?Je ne réponds pas, je suis quand même vexée d’être appelée ainsi istanbul escort alors que je ne fais pas mes 60 ans.L’un d’eux pose sa main sur la mienne, je la recule pour la poser un peu plus loin, il recommence :-Tu sais qu’ici c’est le train de tous les fantasmes ? J’essaie de l’ignorer, comme je suis collée contre le poteau il me caresse le sein avec l’index, je reste impassible par contre je ne peux empêcher la pointe de se dresser ; je suis très sensible de la poitrine et le froid ou le frôlement ont un effet immédiat sur les tétons.Il s’en aperçoit immédiatement et sourit :-Tu ne vas pas être déçue !Je sens également un frôlement sur mes fesses, de la main restée libre, je balaie derrière moi, à peine ma main est-elle revenue en place que ça recommence, nouveau balayage, les mains baladeuses semblent avoir cessé leur manège.C’est au niveau de la taille que je ressens quelque chose, je me retourne, je ne vois rien ; et puis les mains reviennent me caresser les fesses ; j’ai l’impression qu’elles sont passées sous la robe ! Nouveau balayage et stupeur !… je ne sens plus l’arrière de ma robe ! Je réalise alors que le frôlement ressenti au niveau de la taille était le bas de la robe accroché à la ceinture, je dois avoir l’air maligne avec la robe relevée et les fesses à l’air !Ma avcılar escort main cherche désespérément à décrocher l’arrière de la robe pour qu’elle retombe en place, mais elle est déviée par d’autres mains et elle ne rencontre que des sexes en érection.Le pelotage se fait plus intensif, je serre les fesses que plusieurs mains essaient de pénétrer, je les sens sous ma culotte, au bord de mon sexe, je fais mon possible pour qu’elles ne le pénètrent pas. Quelle horreur, malgré la situation, je sens mon sexe s’humidifier, je suis trahie par mon vagin, je serre encore plus les fesses pour bloquer ces mains fureteuses.Soudain mon dernier rempart, ma petite culotte blanche est baissée jusqu’aux chevilles ; par réflexe, je me baisse en avant pour la remonter, mais avant que je puisse la saisir, un autre réflexe me fait me redresser parce que deux doigts ont profité de ce que j’étais baissée pour me pénétrer la vulve. Je me relève aussi vite que je m’étais baissée et là, catastrophe, le doigt qui me caressait négligemment le sein a suivi le mouvement quand je me suis baissée, il s’est accroché à mon décolleté et le fait de me relever, l’élastique est passé sous les seins, lesquels sont sortis comme deux obus, maintenant l’élastique est en dessous.Affolée j’essaie de refaire passer l’élastique du décolleté au-dessus des seins, şirinevler escort c’est carrément mission impossible, en plus je me tortille parce qu’un doigt fureteur s’est logée dans la vulve de plus en plus trempée.Comme je ne peux y arriver en me baissant, je décide de récupérer ma culotte en m’accroupissant, c’est ce que je fais très rapidement et j’arrive enfin à saisir l’élastique de cette satanée culotte ; au moment de me redresser, nouvelle catastrophe ! alors que je suis encore accroupie les pieds joints, je reçois une poussée dans le dos, déséquilibrée, je lâche tout et je me retrouve à quatre pattes le cul à l’air et les seins pendants.Aussitôt je suis pénétrée, et ce n’est plus par un doigt… le sexe gluant est entré directement et sans douleur dans mon vagin humide ; je suis à quatre pattes, prise comme une chienne que je suis, je commence à jouir. Celui qui était devant moi me relève la tête en me tirant par les cheveux et comme j’ouvre la bouche pour crier, il s’enfonce jusqu’au fond de la gorge.Je suffoque, je m’étouffe, je sens qu’à l’arrière le mouvement s’accélère, j’entends beugler en même temps qu’il se vide par saccades ; il se retire, un autre a pris la place, littéralement vautré sur moi il m’att**** par les seins et les malaxe. Ça ne dure pas longtemps et je reçois une nouvelle giclée, il s’est à peine relevé que c’est dans les fesses que le troisième éjacule en même temps que devant il me force à avaler, je suis une « vide couilles » sous les yeux blasés mais néanmoins intéressés des autres voyageurs.Nous arrivons au terminus, je dégouline de partout, je me rhabille, remet un peu d’ordre dans ma tenue sous l’œil goguenard des quatre gaillards.-A bientôt, au plaisir de se revoir !

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir